Note de lecture de l’ufologue italien Roberto PINOTTI sur le livre OBJETS AQUATIQUES NON IDENTIFIES EN RUSSIE de Paul Stonehill et Philip Mantle

par Jean Librero

Au cours de la traduction du livre CONTACTS OVNIS en Italie, j’ai eu l’extrême honneur de pouvoir échanger à plusieurs reprises avec son auteur, le très renommé Roberto PINOTTI, et lui au finalement demandé s’il accepterait décrire une préface au prochain livre qui serait publié par Flying Disk France. A ma grande surprise, il a immédiatement donné son accord, et, plus étonant encore, m’a révélé qu’il était lui-même l’auteur d’un livre (publié en italien) sur ces phénomènes qu’on nomme USOs en anglais (Unidentified Submarine Objects). Le titre complet du livre, paru en 2003 , est: Oggetti sommersi non identificati. 1947-2003: rapporto sugli UFO del mare.

On ne s’étonnera pas que, dans cette note, Roberto Pinotti cite quelques cas remarquables d’observations d’objets sous-marins sur le littoral de la Péninsule italienne, entourée de « cinq mers » comme il se plaît à le rappeler. Je souligne ici que le premier volume de CONTACTS OVNIS EN ITALIE (1907-1978) consacre un chapitre dense aux observations de masse faites dans les années 70 sur la côte autour de Pescara, zone qu’on a appelé le « Triangle de l’Adriatique ». Je remercie donc chaleureusement ce grand auteur et chercheur, pour sa générosité et soutien au travail de Paul Stonehill, éminent spécialiste des cas ufologiques en Russie et ex-Union Soviétique. Les très nombreux cas recensés par cet américain d’origine ukrainienne sont principalement tirés des archives de la Marine de Guerre, les témoins sont donc principalement des militaires de tous grades, et comme on pouvait s’y attendre, les équipages de sous-marins, officiers et simples marins, y ont une belle place. On revit en direct le contexte de la Guerre Froide sur tous les océans du globe..mais les « phénomènes » n ont pas pris fin..en 1992..

Après le livre-culte d’Ivan Sanderson intitulé INVISIBLE RESIDENTS (non traduit en fr.), je suis l’un des rares chercheurs et auteurs ufologues à avoir décidé d’aborder dans un livre spécifique le sujet des Objets Submergés Non Identifiés, c’est-à-dire le problème des OVNI dans l’hydrosphère terrestre. Le titre de mon livre était OGGETTI SOMMERSI NON IDENTIFICATI, et il a été publié en italien en 2003 par la maison d’édition Olimpia (Florence, Italie). Il est aujourd’hui épuisé.

En raison de l’activité considérable du Centro Ufologico Nazionale (C.U.N), l’organisation de recherche nationale et privée italienne fondée par moi il y a plus de 50 ans, et qui est aujourd’hui l’un des plus anciens centres d’étude des OVNI au monde, il s’agissait d’un aperçu général et historique sur la présence des OVNI dans toutes nos mers et tous nos lacs, mais bien sûr, il était spécialement consacré aux cas italiens de ce type dans les archives du C.U.N. Et ce n’est pas étonnant. L’Italie est une péninsule européenne entourée de cinq mers (la mer Ligure, la mer Tyrrhénienne, la mer Méditerranée, la mer Ionienne et la mer Adriatique) et de nombreux incidents OVNI depuis 1947 étaient en lien avec ces mers. Et gardez à l’esprit que pendant l’incroyable vague d’OVNI italiens de 1978-1979, avec environ 2 000 cas dans notre pays, beaucoup d’entre eux ont eu lieu le long de la côte adriatique, de Rimini à Pescara. Dans mon récent livre en deux volumes « CONTACTS OVNIS EN ITALIE », j’en ai mentionné quelques-uns, en particulier les événements survenus en 1978 dans cette région, mais aussi un cas plus récent, également signalé officiellement par les autorités italiennes.

Le 22 juin 1979, le yacht à moteur « RAINBOW II » (31 mètres de long, 51 tonnes) avait quitté Viareggio (Toscane) en direction de l’île de Corse. Il devait atteindre Macinaggio avant le soir.

À 18h30, non loin de Gorgona (une des sept îles de l’archipel toscan dans la partie nord de la mer Tyrrhénienne), l’équipage et les passagers (d’importants hommes d’affaires et des membres de la jet-set) ont vu une étrange structure métallique, sombre et immense, émerger de la mer devant eux. L’objet était de forme cylindrique,  et surgit en position verticale au milieu de la mer, générant  une vague qui a frappé le « RAINBOW II ». Comme il ne pouvait s’agir d’un sous-marin, un message radio SOS a été envoyé aux autorités du Département de la Marine de Livourne. L’objet a alors commencé à s’enfoncer  dans l’eau, et en quelques secondes il était complètement immergé. Une deuxième vague a secoué le yacht italien quelques secondes plus tard, et une chaleur intense a été ressentie par les onze personnes à bord.

Le « RAINBOW II » est parti immédiatement, mais après quelques minutes, le cylindre a émergé à nouveau, provoquant les mêmes effets (vagues et effets physiologiques). Le yacht se dirigea vers Macinaggio, mais quelque chose ne fonctionna pas dans la boussole, et Bastia fut  la destination imprévue du « RAINBOW II ». Suite à cette étrange rencontre, ce jour-là, un avertissement côtier officiel du Département Maritime de La Spezia a été transmis comme suit par radio :

MER TYRRHÉNIENNE / EN POSITION 30 MILES NAUTIQUES SUD EST ILE DE GORGONA  À 22H20 À LA DÉRIVE CYLINDRE COLORÉ / STOP / NAVIRES EN TRANSIT ATTENTION / STOP.

Le Département Maritime de La Spezia  a transmis l’avertissement suivant par radio :

AVERTISSEMENT CÔTIER / MER TYRRHÉNIENNE / EN POSITION 30 MILES NAUTIQUES SUD EST ILE DE GORGONA À 22H20 À LA DÉRIVE FLOTTEUR CYLINDRIQUE DE COULEUR FONCÉE / STOP / NAVIRES EN TRANSIT ATTENTION / STOP

L’incident a été confirmé aux enquêteurs de terrain du C.U.N, Roberto et Emy Balbi de Gênes, par Giuseppe Guzzi, le capitaine du « RAINBOW II » qui avait envoyé un message SOS par radio aux autorités du département maritime de Livourne (Leghorn).

Exactement un mois plus tard, dans la nuit du 22 juillet, l’équipage d’un autre yacht, le « CRISSI BISSI », a assisté à l’apparition de plusieurs OVNI en pleine mer, encore une fois non loin de Gorgona.

Le message original de la marine italienne

Ce n’est qu’un exemple de ce qui peut se passer dans les mers italiennes.

Mais bien sûr, les Objets Immergés Non Identifiés sont observés et signalés partout dans le monde, et ce livre montre qu’en réalité ils n’ont pas de frontières, puisque le rapport de Paul Stonehill porte sur les objets immergés non identifiés en Union Soviétique et en Russie, un immense pays considéré comme « une autre planète » par le monde occidental jusqu’en 1992, date à laquelle l’Union Soviétique s’est effondrée et le « Rideau de Fer » a cessé d’exister. Paul était un ancien réfugié soviétique originaire d’Ukraine, et grâce à Philip Mantle, ses livres sur les cas d’OVNI en Russie sont bien connus aujourd’hui.

Ce livre est son dernier rapport, dans lequel le sujet des OANIs (Objets Aquatiques Non Identifiés, selon la terminologie plus courante en France) est pleinement exploré.

Je suis sûr qu’il vous plaira.

Dr. Roberto Pinotti

Fondateur et président du Centro Ufologico Nazionale en Italie.

Ci-dessous couvertures du livre de Paul Stonehillet Philip Mantle en russe, anglais et espagnol, en attendant l’édition française.